top of page

Educateur par Nobuyoshi TAMURA

J'aime bien ce texte, et j'avais envie de vous le partager.


Cet article a été publié pour la première fois dans AikidoEurope, l’organe de publication de la Fédération Européenne d’Aïkido. L’article a été tiré du texte anglais sur le site Web de https://aikidosphere.com/nt-e-educator. Nobuyoshi Tamura, Shihan, 8e dan La commission technique de la Fédération Européenne d’Aïkido a été récemment mise en place. En même temps qu’un corpus de règles est établi et que les titres de Shihan, Shidoin ou Fukushidoin sont distribués, Pierre Chassang pense que ce serait une bonne idée pour moi de définir ce qu’est un instructeur. Bien que j’aie enseigné pendant des années, cette proposition me surprend beaucoup. En fait, on ne m’a jamais demandé ce qu’est un instructeur. Vous devez m’excuser. Qu’est-ce qu’un instructeur, quel type d’homme est-il et que doit-il faire? La question s’est indéniablement posée avec le premier homme et ne disparaîtra qu’avec le dernier. C’est la question qui se pose à soi-même à laquelle on répond soi-même et toujours, éternellement, sans réponse. Moïse est certainement le premier chef des hommes de l’histoire que nous connaissons. Comment a-t-il conduit son peuple d’Israël à travers le désert ? Quelles ont dû être ses pensées à ce moment-là? Comment est-il arrivé à sa décision? Que s’est-il passé dans son esprit, le solitaire ? Sans aucun doute, il y a deux sortes de chefs d’hommes ou d’instructeurs. Ceux qui connaissent le chemin qui mène là où ils veulent aller parce qu’ils connaissent déjà le chemin, et ceux qui connaissent le but à atteindre mais pas le chemin qui y mène. Le premier est, par exemple, le guide de montagne : il connaît l’itinéraire à suivre, chaque difficulté, chaque passage dangereux. Avec certitude, il conduira son client à l’endroit prévu. Comme Moïse, le second type obéit à une relation divine. Il reçoit l’ordre d’aller et marche vers l’objectif indiqué dans l’ignorance du cours comme un groupe d’explorateurs s’aventurant dans l’inconnu, sauf qu’il y a là encore un groupe animé d’un désir commun qui rend par ce fait les choses plus faciles. D’autre part, Moïse, en ce qui le concerne, est seul. La moindre petite erreur ou faute compromet la vie de tous. La planification la plus complète – étudier, étudier et étudier encore. Entraînement tous les jours. Revitalisation. Tous ont leurs limites. Au-delà d’eux se trouve le trou noir. L’obscurité. Les conditions météorologiques, les accidents et les maladies sont imprévisibles. Le professeur d’Aïkido est un chef d’hommes du type Moïse, du moins à mon avis. Incontestablement Maître Ueshiba était au sommet de l’Aïkido, mais nous de la vallée qui regarderions vers le sommet de la montagne n’avons qu’une petite image de lui. Moi-même, je crois en la marche derrière O’Sensei mais seulement un court repos suffit pour respirer par exemple, et O’Sensei s’est déjà éloigné très loin. Je connais donc le chemin. Je vois le chemin mais des choses restent à faire et donc c’est je ne les connais pas. C’est un peu comme une île au trésor sur de vieilles cartes. Mais sur les cartes d’aujourd’hui, l’île n’est pas montrée, ce qui pourrait signifier qu’elle n’existe pas. Cependant, vous savez qu’il existe et qu’il cache un trésor. Fortifié de vos connaissances, vous partez. Dans ce cas, la responsabilité du capitaine est énorme. La mer, les courants, la météo sont aussi des obstacles qu’il faut surmonter. Malgré toute l’expérience que vous possédez, des difficultés inconnues se présenteront. Il faut néanmoins aller de l’avant bien que la nécessité d’un jugement exact apparaisse, en prenant une décision, pour l’union de tous dans la même direction. Ce n’est qu’à cette condition que l’objectif sera peut-être atteint. Nous avons essayé de rassembler toutes les forces humaines, la partie qui reste est celle de l’intervention divine, c’est-à-dire que le départ pris il ne reste plus qu’à aller de l’avant. Le capitaine sera un homme qui a le courage de ses convictions, il sera expérimenté, intuitif, en maintenant l’unité de l’équipage lui-même et l’équipage n’étant qu’un, comme un père et son fils par exemple. Le capitaine pense, doit penser comme l’équipage et l’équipage travaille dans le chemin du capitaine, il ne peut en être autrement. Le capitaine saura donner les ordres appropriés, l’équipage comprendra son capitaine. Le capitaine et son équipage ne faisant que l’harmonie du groupe et de l’ensemble peuvent ainsi atteindre leur but. Mais tout cela est le travail du capitaine. Cela me rappelle le grand maître du thé Rukyu qui a l’habitude de dire en parlant de la cérémonie du thé, « c’est en été comme une bouffée d’air frais; En hiver une douce sensation de chaleur, le charbon de bois n’est là que pour chauffer parfaitement l’eau, le thé seulement pour le plaisir de boire. » Je vais vous donner le secret de la cérémonie du thé. Si vous pensez que c’est facile à créer, je vous conseille de l’essayer. La chose ordinaire, banale, apparemment facile, naturelle à créer est difficile. Pour rendre un invité heureux, car celui qui a soif, vous donnez un grand bol avec beaucoup de thé faible et pas trop chaud; car celui qui n’a pas soif un thé plus fort en moins quantité et chaud. Vous agissez ainsi pour le plaisir de vos invités. Il faut suivre les souhaits de l’invité et les sentir. L’état d’esprit est le secret de la cérémonie du thé, c’est le cœur du professeur d’Aïkido. Le professeur d’Aïkido connaît chacun des participants et leur soif particulière de connaissances. Si leur technique est bonne, il se consacre à l’améliorer, si elle est mauvaise, il continuera à la rectifier. Son action rencontrera les déclarations du Maître du thé, comme une agréable sensation de fraîcheur en été, comme une douce sensation de chaleur en hiver. ...




Commentaires

Noté 0 étoile sur 5.
Pas encore de note

Ajouter une note
bottom of page