top of page

"La pratique martial & l'esprit trompé "


texte de Stanley Pranin.



Ce blog mijote dans ma tête depuis longtemps. J’ai noté ce qui est pour moi un phénomène inexplicable dans la pensée de nombreux artistes martiaux. Permettez-moi d’exposer le scénario. Bien qu’il existe de nombreuses raisons de vouloir se lancer dans l’étude d’un art martial, la plus courante est certainement le désir d’apprendre à se défendre, généralement né de la peur. Rien d’étonnant ici. C’était certainement le cas quand j’ai commencé.

On se lance donc dans l’étude d’un art martial et, petit à petit, on commence à acquérir une certaine maîtrise. La prise de conscience que l’on a acquis certaines compétences conduit souvent à un ego agrandi et à une fausse croyance que l’on sera capable de se débrouiller seul dans une rencontre violente ; Et ce, malgré le fait que ses compétences n’ont pas été testées.

« Je veux me sentir en sécurité, alors je m’entraîne. Maintenant que je me suis entraîné et que je me sens en confiance, je me place volontairement dans une situation où je suis en danger.

Si quelqu’un atteint le niveau de devenir un étudiant senior dans une école d’arts martiaux, dans de nombreux cas, il y a une pression sur lui pour commencer à entrer en compétition.

Si l’école peut devenir « championne », c’est une très bonne publicité pour attirer encore plus d’étudiants. Si notre hypothétique étudiant devenu compétiteur entre effectivement dans l’arène et s’en sort bien, nous avons une énigme intéressante.

Voici un jeune qui a choisi d’étudier un art martial pour apprendre à se protéger, pour éviter les blessures.

Cette même personne se met en danger pour la reconnaissance et peut-être une récompense monétaire.

La peur de ne pas pouvoir se défendre est remplacée par la peur d’une blessure potentielle pendant la compétition. Le novice confronté à la violence peut se trouver dans une situation inévitable.

Le compétiteur sur le ring est là à la suite d’un acte volontaire.

L’environnement compétitif peut être beaucoup plus dangereux qu’un combat commun contre un adversaire non entraîné. Cette fois, l’adversaire est susceptible d’être habile dans divers arts de combat et capable de porter un coup mortel dans certaines circonstances.

C’est peut-être l’illusion de sécurité promise par les règles qui fait croire au jeune combattant qu’il ne risque pas sa santé et son bien-être. Ou peut-être que l’attrait de la gloire et de la fortune obscurcit sa pensée.

Pourquoi y a-t-il un médecin sur place, du matériel médical et une ambulance de garde ? Si vous jouez au golf, au tennis ou au bowling, toutes les formes d’activités compétitives, de telles précautions ne sont pas nécessaires.

Voyez-vous la contradiction fondamentale ?

« Je veux me sentir en sécurité, alors je m’entraîne.

Maintenant que je me suis entraîné et que je me sens en confiance, je me place volontairement dans une situation où je suis en danger.

Ce n’est pas la voie de l’aïkido. C’est le domaine du sport et de la compétition.

Il fait appel à la soif de sang et de violence qui est instinctive chez une grande partie de l’humanité. Ceux qui y participent et ceux qui assistent à ces événements partagent une mentalité et une moralité communes.

La bonne question qui en découle : Quels devraient être les objectifs de notre entraînement d’aïkido ?

1 commentaire
bottom of page